Libre opinion - Khadr, abandonné par le Canada

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai assisté à la première du film de Luc Côté et Patricio Henriquez Vous n'aimez pas la vérité, documentaire sur Omar Khadr, ce jeune Canadien détenu à Guantánamo dont le procès a cours actuellement. Ce film, ayant comme trame de fond un interrogatoire vicieux des agents du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), est l'histoire d'une trahison; celle d'un pays envers un de ces citoyens. Quand je suis sortie du cinéma ce soir-là, je me suis demandé où j'avais été au cours de ces huit longues années. Il y a maintenant huit ans qu'Omar Khadr est emprisonné.

Je me rappelle avoir entendu le nom d'Omar Khadr plusieurs fois aux nouvelles, je me rappelle ne pas y avoir porté une grande attention. Je déplorais sans trop savoir, j'avais bien d'autres choses en tête. En plus, ce qu'on nous montrait, c'était des images de son père lieutenant d'al-Qaïda prêt à attaquer l'irréprochable axe du bien...

Je me suis toujours dit que j'étais bien chanceuse d'être née dans mon coin du monde qui n'était pas balayé par les ouragans, où je pouvais encore avoir confiance en un policier et où et, surtout, il existait un document comme la Charte des droits et libertés qui me protégeait. Je me disais qu'ici, je pouvais faire valoir mes droits et qu'ailleurs, le fait que je sois Canadienne me garantissait une certaine sécurité. J'étais bien naïve.

En écoutant ce documentaire la semaine dernière, ce sont ces derniers principes qui ont été démentis. Ça a provoqué une petite tempête dans mon cerveau reptilien. J'ai eu le front plissé par le questionnement et la déception.

Mon pays, qui était considéré comme un des chefs de file en droits de la personne, abandonne un de ces citoyens, mineur au moment des faits, et personne n'est descendu dans la rue? Presque personne ne s'est porté à sa défense. C'est un Khadr fils de terroriste, pas un Tremblay, fils de mineur chilien...

M. Harper, qu'avez-vous fait durant ces longues années, à part refuser de rapatrier vos ressortissants? Qu'avez-vous fait, à part perdre votre siège au Conseil de sécurité de l'ONU? Qu'avez-vous fait, à part tout mettre en oeuvre pour réduire à néant la réputation du Canada sur le plan international?

Mais il n'y a pas que vous... Vous n'étiez pas au pouvoir lors de la capture d'Omar Khadr, les libéraux y étaient. Vous pouvez toujours bien dormir en vous disant que vous ne faites que continuer le gâchis de votre adversaire politique...

Moi, je ne dors plus très bien. Et je commence à comprendre que nous sommes quelques-uns à faire de l'insomnie. Avec le cas d'Omar Khadr, les gouvernements américain et canadien se sont engagés sur une pente dangereuse; la pente du cas par cas, la pente du peut-être et de l'exception. Ce ne sont pas seulement les droits d'Omar Khadr qui ont été ignorés au cours des huit dernières années, mais les droits fondamentaux de tous les citoyens canadiens qui sont menacés. Et personne n'a rien dit, ou presque.

Je lève mon chapeau bien haut aux deux réalisateurs de ce film qui ont enfin parlé, provoquant une vague de soulèvement que je souhaite voir devenir raz-de-marée. Merci d'avoir pris position et de vous être levés. Il faut des gens comme vous pour faire bouger les choses, du moins, vous avez réussi à me faire bouger moi...
5 commentaires
  • James Dean - Inscrit 25 octobre 2010 05 h 06

    pauvre Omar

    Dans le fond, il a beau être Canadien, il n'a tué qu'un méchant Américain. Et j'imagine déjà ce héros reçu en grande pompe par la go-gauche du Québec, surtout dû au fait qu'il a tué un ennemi à nous, soit un Américain. Et Dieu sait combien la go-gauche du Québec en a des ennemis sur terre, Canadiens anglais, Américains, Juifs etc. Tout ceci me fait penser à ce Lybien, responsable des attentats de Lockerbie, qui fut acclamé par des milliers de ses Frères musulmans. pour son travail impeccable envers des Occidentaux qui sont morts en plein vol. Non mais quand même, la go-gauche Québécoise vous me faites un peu honte. Omer, Amir, Maher, Mohamed, tous des amis du clan go-gauchiste du Québec. Drôle de pays en devenir !

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 25 octobre 2010 09 h 12

    Pauvre Omar

    Il a juste tué un soldat américain
    Il appartient juste aux Talibans, des combattants sympathiques qui placent des bombes où nos soldats se font déchiqueter (plus d'une trentaine de Québécois jusqu'ici). On l'a même filmé en train de fabriquer l'une des ces bombes (je doute que les gauchistes comme Henriquez l'aient mis dans le film)
    Il appartient aux Talibans qui arrosent d'acide les petites filles qui vont à l'école
    Son père était l'adjoint du plus célèbre terroriste du 21e siècle.
    Sa famille a quitté le Canada lorsque le petit Omar avait 1 an, en crachant sur le Canada
    Mais, comme dirait un ancien PM, il se trouvera toujours des "bleeding heart" pour pleurer sur le sort du petit Omar

  • Pierre Rousseau - Abonné 25 octobre 2010 10 h 59

    Hérésie

    Oui, Khadr est un meurtrier qui vient de plaider coupable à plusieurs accusations très sérieuses et qui vont nécessairement entraîner une peine sévère. Mais un meurtrier, comme tout autre criminel a des droits, comme le droit à l'intégrité physique (à ne pas être torturé) et à un procès juste et équitable. Ces droits sont reconnus au Canada, comme à l'échelle internationale, que ce soient des pays de droite, de centre ou de gauche. Mais l'extrême droite canadienne a entrepris une dérive fascisante où les droits sont mesurés à l'aune de la « gogauche » ou de la droite. C'est facile de retrouver en soi les bas instincts du bon vieil « oeil pour oeil, dent pour dent » du passé et on pensait avoir franchi cette étape en faisant de la protection des droits fondamentaux l'essence de notre contrat social et du droit international.

    Eh bien, non, quand l'accusé et sa famille sont extrêmement antipathiques, les droits fondamentaux peuvent bien prendre le bord selon la droite canadienne. Le club des droits fondamentaux est exclusif, selon eux, et seuls les bons « canayens » pas trop baveux peuvent se prévaloir de ces droits. C'est ça le vrai visage de l'extrême droite de Harper et sa clique. Il faut se méfier de ces sirènes qui sèment une telle hérésie et qui risquent de mener ce pays au bord du gouffre fasciste.

  • Yvan Dutil - Inscrit 25 octobre 2010 12 h 48

    Loin du droit normal.

    Si Khadr avait un soldat, il aurait été traitée correctement à peu près comme on traite les combattant Taliban maintenant (sauf quand on les transfert au gouvernement Afghan). D'ailleurs dans des conditions normales, il aurait probablement été considéré comme un enfant soldat, même s'il avait passé la limite d'âge de 16 ans de quelques mois. Encore là, pas de prison.

    Le problème vient des dérives post 11 septembre ou tous les coups étaient permis. L'idée ici n'est pas d'assurer la sécurité du monde occidental, de faire justice ou de gagner une guerre. Non, l'idée était de se venger.

  • Charles-Étienne Filion-Provencher - Inscrit 25 octobre 2010 15 h 01

    Une distinction à faire...

    Il est important de comprendre que lorsque l'on défend le droit d'être jugé de façon juste et équitable,l'on ne fait pas partie de la "gau-gauche." La "gau-gauche" est elle aussi très radicale envers ceux et celles qui ne pensent pas comme eux (genre juger Stephen Harper pour crimes de guerre et pour racisme primaire). Défendre le droit à la justice, ce n'est ni à gauche ni à droite, c'est dans la charte des droits et libertés, dans les fondements de la démocratie. C'est plus fort que l'idéologie, ne vous en déplaise. Et dans ce cas-ci, on a bafoué la justice en ne la laissant même pas tenter de trancher, on a tranché pour elle...

    En passant, M. Henriquez est peut-être gauchiste (on le serait à moins, après avoir subi les horreurs de l'époque Pinochet), mais les images de Khadr en train de fignoler une bombe sont bel et bien dans le documentaire "Vous n'aimez pas la vérité." Vérifiez vos informations avant de dire n'importe quoi.