Libre Opinion - Réplique à Michel David

C'est avec intérêt que j'ai lu votre chronique du 28 janvier 2010. Vous qualifiez sans nuance les 280 publications de Sun Media de «feuilles de chou», verdict gratuit qui tranche singulièrement avec la solidarité dont on pourrait autrement vous croire habité. Vous disqualifiez le travail lu par des millions de gens, de centaines de vos confrères et consoeurs autant au sein de notre entreprise que ceux qui oeuvrent dans les nombreuses agences de presse que nous relayons, dont la plus importante au Canada, la Presse canadienne.

Ironie du sort, Le Devoir faisait référence, aussi récemment que le 27 janvier, sous la signature d'Alexandre Shields, à un article écrit par Rémi Nadeau du Journal de Québec (qui travaillait encore à la Presse canadienne il y a quelques semaines) faisant état du manque de transparence dans la divulgation du règlement du renouvellement de la convention collective à la SAQ, étrangement qualifiée de paix industrielle alors que l'on passait sous silence l'augmentation de la masse salariale de 100 millions à 123 millions.

Vous n'êtes pas sans savoir que Quebecor n'est pas une PME. Nous faisons travailler directement et indirectement des dizaines de milliers de personnes et regroupons en notre sein plus de cent syndicats distincts, oeuvrant dans des industries variées aux enjeux divers. Nous sommes un acteur important de l'économie et de la culture québécoises. Nous investissons ici chaque année plusieurs centaines de millions de dollars, créant ainsi des milliers d'emplois de qualité, dans des secteurs en croissance.

Notre siège social de Montréal et ceux de nos filiales emploient des centaines de Québécois dans des postes clés. J'ai le privilège de la diriger et de participer aux très nombreux succès qu'elle a réalisés durant les 10 dernières années de ma présidence, dont notamment le repositionnement complet de Vidéotron, qui offre maintenant en plus des produits de grande qualité orientés sur les dernières technologies, un service à la clientèle qui fait l'envie de très nombreuses entreprises.

C'est avec tout autant d'énergie que nous avons lancé le projet de modernisation de nos activités d'édition il y a quelques années, permettant ainsi à Sun Media de devenir le plus important éditeur au Canada. Cette dernière jouit maintenant d'une santé financière lui permettant de traverser la crise actuelle et d'assurer son avenir dans un environnement dont tous, notamment votre directeur Bernard Descôteaux en ces pages hier, reconnaissent la dramatique transformation. En quoi la modernisation du Québec ferait-elle de nous des dinosaures intransigeants?

Quant à votre procès d'intention, il apparaît cocasse que vous repreniez l'argument de ce banquier dont l'industrie combat avec succès depuis des décennies la syndicalisation de ses employés. Vous voici protecteur de principes dont il est désormais interdit, sous peine d'attaques ad hominem et d'accusations de lèse-majesté, de remettre en question les fondements. La liberté d'esprit qui a toujours prévalu au Devoir semble s'être abstenue sous votre plume et me ramène aux pires heures de la direction de Georges Pelletier.

Pourquoi serait-il donc illégitime de s'interroger sur la transparence des syndicats quant à leur gouvernance, par exemple, celle du Fonds de solidarité de la FTQ, où l'on constate que 12 des administrateurs sur 17 occupent des postes de président de syndicat? Cette organisation gère des millions de dollars, obtenus en grande partie grâce aux généreux crédits d'impôt dont sont ainsi privés les coffres de l'État.

Ce repli, ce refus du débat ou de la remise en question dès qu'il est question de syndicats, confère à ce groupe une sorte d'immunité qui tue dans l'oeuf tout échange. Nous sommes bien loin de l'audace et du choc des idées auxquels nous avait habitués Le Devoir. Dans la même veine, votre attitude et celle de vos collègues de la Tribune de la presse, feignant la neutralité pour justifier le refus de l'accréditation à vos confrères du Journal de Québec, sont absolument sidérantes. Selon vous, donc, le droit à l'information et à sa diversité est maintenant subordonné aux droits de travailleurs. Henri Bourassa en serait pour le moins étonné!

Pierre Karl Péladeau - Président et chef de la direction de Quebecor


***


Réplique

Le procédé qui consiste à déformer des propos pour mieux attaquer leur auteur est bien connu. Je n'ai jamais prétendu que les 280 publications de Sun Media étaient des «feuilles de chou». Je m'inquiète plutôt de ce que M. Péladeau cherche à en faire avec sa «modernisation». Je veux bien qu'il cherche une façon de me mettre en contradiction avec Le Devoir, mais je me demande ce que le règlement à la SAQ a à voir avec la législation que M. Péladeau dénonçait dans son texte publié dans Le Journal de Montréal le 21 janvier. Quant aux demandes d'accréditation à la Tribune de la presse de nouveaux journalistes du Journal de Québec, il n'en avait jamais été question avant que leurs collègues du Journal de Montréal ne soient mis en lock-out. Dans l'esprit de M. Péladeau, la diversité de l'information semble consister à publier les mêmes textes dans le plus de journaux possible.

Michel David

À voir en vidéo