Libre opinion - De l'urgence d'une charte de la laïcité

Je savais que l'école publique pour filles Marguerite-De-Lajemmerais, qui est située dans ma circonscription de Rosemont et que j'ai visitée il y a quelques mois en compagnie du commissaire scolaire Jean-Denis Dufort, permet le port du voile islamique. Je l'avais constaté de mes yeux. Mais Le Devoir nous a appris vendredi dernier que le conseil d'établissement de l'école a décidé que le voile islamique ferait partie intégrante de l'uniforme officiel pour les élèves qui désirent (ou dont les parents le désirent) le porter. Mieux encore, le hidjab est offert avec le logo de l'école (ainsi qu'un polo à manches longues pour la gymnastique). On n'est pas obligé de le porter, mais si on le porte ce doit être le voile officiel de l'école...

Quand mettrons-nous un terme à ces aberrations?

Que l'école Marguerite-De-Lajemmerais, une des rares écoles publiques pour filles seulement, attire une clientèle musulmane est une chose, mais que cet état de fait ouvre la porte à une institutionnalisation d'une division religieuse et que le port du voile soit normalisé par l'école, voilà un accommodement déraisonnable inadmissible.

On sait combien la pression sur les jeunes filles musulmanes est forte pour qu'elles portent le voile. Si en plus ça fait partie de l'uniforme d'un établissement public, c'est une atteinte cautionnée, qu'on le veuille ou non, par l'État à l'intégrité et à la liberté de ces jeunes filles, ainsi qu'à toute notre société, que nous ne pouvons pas accepter. C'est banaliser encore une fois un symbole religieux de soumission et d'infériorisation de la femme, quoi qu'en disent tous les dévots d'un concept perverti de la tolérance, dont les femmes sont encore et toujours les victimes.

Sur ce point, ma position personnelle est claire et je souhaite, ainsi que plusieurs de mes collègues, la faire inclure dans le programme du Parti québécois lors du congrès de 2011: l'école, a fortiori l'école publique, est un lieu de rassemblement et non de division. Aucun signe ostentatoire d'appartenance religieuse ne doit y distinguer les élèves non plus que les enseignants.

Alertée par la situation, la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Diane de Courcy, a déclaré que, pour 2010-2011, il n'y aura plus de signes distinctifs religieux à l'effigie d'une école ou d'une commission scolaire. Prenons acte, mais combien d'autres exemples comme celui de Marguerite-De-Lajemmerais ressurgiront ici et là si nous n'intervenons pas pour clarifier les choses?

Au pays libéral du mou et du flou, tout est permis. Le gouvernement Charest doit cesser de se fermer les yeux, il doit intervenir et proposer l'adoption d'une charte québécoise de la laïcité pour que cessent de tels égarements qui nous conduisent aux antipodes de l'intégration et de l'inclusion. Mais tout débat entourant le multiculturalisme tel que pratiqué par ce gouvernement déclenche une réaction allergique chez les libéraux de Jean Charest. Nous le constatons semaine après semaine à l'Assemblée nationale. Alors, «on patine», comme on dit; dans le cas qui nous occupe, la ministre de l'Éducation du Loisir et du Sport, Michelle Courchesne, renvoie la balle dans la cour des commissions scolaires puis déclare que, après tout, c'est un choix du conseil d'établissement et que la laïcité, c'est un autre débat. Alors, que peut-on faire sinon laisser faire? Telle est la belle devise de ce gouvernement libéral!

Il est plus que temps d'ouvrir courageusement le débat sur la laïcité, comme le demandent d'ailleurs plusieurs groupes de la société civile, et d'adopter une charte qui définisse les balises qui nous permettront de vivre ensemble harmonieusement et de construire, au-delà de nos différences, une société égalitaire et inclusive.
7 commentaires
  • Monia Ayachi - Inscrite 17 novembre 2009 14 h 02

    Mon voile est un signe de beaute, de feminite et de feminisme. Libre opinion!

    Mme Louise Beaudoin
    Quand mettrons-nous un terme à ces aberrations?
    Si le concept de la laïcité se perd dans des futilités de ce que doit mettre une FEMME sur sa peau, pourrons-nous dire que Mme Louise Beaudoin fait la propagande d’une uniformisation de nos habits pour être accepter dans la laïcité?
    Pourrons-nous dire que l’histoire du mouvement féministe qui a lutté pendant des décennies pour accueillir les femmes de tout l’univers et leur promouvoir la liberté et l’égalité aux droits fondamentaux passe par une phase critique et qu’il faut penser à un passage au néo féminisme.?
    Mme Beaudoin est-elle consciente que les problèmes les plus importants pour un Québec moderne et solidaire sont dans une autre sphère de la pensée ou préfère-t-elle rester avec ces pensées stériles qui ne peuvent jamais être témoin d’un mouvement civilisationel attendu par toutes les femmes de toute religion, ethnie ou race?
    J’insiste à ce que Mme Beaudoin se voit dans le miroir et me dire quelles sont les priorités d’un esprit libre et constructif ou peut-on parler d’un fascisme culturel qui se construit sur un feu doux et qui détruit les valeurs les plus sacrées dans le monde à savoir : ce que je mange, je porte et je pense.
    « Aucun signe ostentatoire d'appartenance religieuse ne doit y distinguer les élèves non plus que les enseignants. »
    Mme Louise Beaudoin, il n’y a pas de plus ostentatoire dans la vie de l’humain que la pensée unique ou l’assimilation des individus.
    Ceci tue la créativité, l’amour et la solidarité car tous ces concepts naissent et se solidifient dans la différence, l’altérité et le défi.
    Ma belle-mère était la première femme à enlever le voile dans mon pays d’origine, moi je le porte, ma fille est encore jeune, ce serait son libre choix, c’est une question de culture point.
    Mon voile reste un signe de beauté, de féminité et de féminisme !
    Libre Opinion!
    Avec tout mon respect pour votre point de vue,

  • Brun Bernard - Inscrit 18 novembre 2009 07 h 29

    Merci pour votre article stimulant.

    Au cours d'époques différentes il n’existait pas de notion de diversité ni d’uniformisation. Notre occident est malade car tout à fait faussement laïque puisque cette notion se prononce grâce au fait d’une confrontation à une réalité religieuse. Pourtant l’Histoire (avec une grande Hache) nous a offert une culture sans valeurs, laïque par défaut, ayant peur de la différence. La différence est la liberté. Avoir peur de la différence est avoir peur de la liberté. Ainsi donc, le commentaire précédent qui dit : qu’« (…) un fascisme culturel qui se construit sur un feu doux et qui détruit les valeurs les plus sacrées dans le monde à savoir : ce que je mange, je porte et je pense. » est en réalité en train de s’installer. Nous le voyons bien avec la médecine et la diététique occidentale. Tous les totalitarismes sont convaincus de leur mission tout comme les intégrismes (parlez-en à la Chine d’aujourd’hui). Un monde de valeurs hypocrites dites « démocratiques et laïques » contre un monde certes de valeurs largement désemparées face aux agissements nihilistes de nos sociétés occidentales. La solution est de penser la convivialité sans tabous et sans interdits. La liberté est allergique aux interdictions. Notre Occident est un totalitarisme intégriste qui s’ignore. Ce n’est pas pour rien que nous avons inventé le « politiquement correct» et le lancer de bombes contre les civils en Afghanistan avec en prime la corruption et le détournement de fonds occidentaux pour une poignée de corrompus. Bel exemple de probité. Les écoles privées montrent aussi une uniformisation de classe avec ces élèves à cravates ou petites jupettes. C’est une forme de ségrégation à l’égard des écoles publiques. La question reste à poser quant aux acceptations arbitraires que l’on perçoit à MTL. L’Islam fait peur mais pas le judaïsme? Interdire le voile ne serait-ce pas aussi interdire les perruques (en guise de voile) de la communauté Loubavitch? Bon, là je touche le côté tabou de la mauvaise conscience occidentale. Accepter un Chinatown, une Petite Italie, mais non un petit Maghreb? Je pensais que nous étions plus sain et plus cohérent et, surtout, les hérauts de la liberté?

  • Augustin Rehel - Inscrit 20 novembre 2009 08 h 18

    Bernard Brun

    Une fois de plus, je vois que vous répondez par un long copier-coller... d'un auteur dont vous ne fournissez pas les coordonnées.

    «Notre occident est malade car tout à fait faussement laïque ...»

    Pour adhérer à de telles notions, où vous êtes en couple avec Monia, ce qui est possible, et que nous ne savons pas, ou bien vous votre conjoiunte est une musulmane intégriste qui vous dicte votre conduite.

    Qu'en dites-vous?

    Rares sont les Québécois qui pensent comme vous... à part quelques intellectuels de la trempe de l'ex-commissaire Bouchard, de la tristement célèbre commission qui nous a coûté des millions... pour nous dire que les «Québécois doivent «apprendre» à tolérer, et... à plier l'échine devant les Musulmans!»

  • - Inscrite 20 novembre 2009 14 h 02

    Je suis OK, vous êtes OK.

    C'est une excellente nouvelle. Une école prend les devants et propose un modèle de voile uniforme au lieu de voir arriver 36 versions allant du hijab au niquab, peut-être.

    Voilà donc une école bien avisée. D'un côté elle accueille ses étudiantes en respectant leur identité propre. De l'autre, elle met des balises à ne pas digresser. En analyse transactionnelle on parlerait de relation idéale entre les partis:

    Je suis OK, vous êtes OK.

  • Brun Bernard - Inscrit 20 novembre 2009 15 h 16

    M Réhel...

    J'ai une profonde connaissance et admiration pour l'oeuvre de Charles Taylor. Si j'ai fait de papi-colli, donnez-moi les adresses des sites. SVP. on épouse est celte mélangé d'anglo-saxon.