Les mines, un choix de société

J’ai lu avec intérêt l’article de Jasmine Legendre « Autour des mines, un gouffre se creuse » sur les mines de l’Abitibi.

Je partage son avis sur le fait que les opinions sont divisées au sujet des mines. Cependant, il faut bien prendre conscience que sans les mines, l’Abitibi serait juste une région d’exploitation forestière plus ou moins respectueuse, un pays de chasse où les Autochtones ne seraient plus chez eux…

L’Abitibi a été et est encore une source de richesse nationale et a fourni de nombreux métaux pour nos autos, nos bijoux, nos téléphones, nos ordinateurs, etc.

Il n’y a pas si longtemps, l’exploitation minière se faisait sous terre (moins visible). Les mines à ciel ouvert sont venues plus tard, grâce au prix des métaux. Oui, cela change le paysage, mais les gratte-ciel de Montréal, les barrages d’Hydro-Québec, les routes et autoroutes le changent aussi.

C’est donc un choix de société. Oui, je suis d’accord avec l’idée que les mines puissent avoir meilleure mine.

Oui, il faut faire pression sur les autorités locales et nationales, impliquer les Premières Nations et bien communiquer afin de rendre l’industrie minière plus acceptable pour tous.

Je connais bien les mines de l’Abitibi, et la fermeture d’une mine n’a jamais été une bonne nouvelle pour les résidents qui la vivaient.

Je connais des Abitibiens qui ne se plaignent pas des mines et qui aiment leur région.

À voir en vidéo