Quand Hydro-Québec perd son inspiration

Si Sophie Brochu est « une leader naturelle et dynamique, une inspiration pour plusieurs » (Pierre Fitzgibbon), pourquoi ne demeure-t-elle pas à la tête d’Hydro-Québec ? Si elle a « contribué au secteur public », on se demande pour quelle raison logique on se priverait de cette contribution. Il y a là pour le moins une contradiction.

La présidente démissionnaire avait récemment mentionné un « regain d’intérêt à discuter de l’utilisation de l’électricité et de l’avenir de notre société d’État ». Elle avait ajouté que, « quels que soient les points de vue, cette conversation est saine et nécessaire ». C’est un jour triste pour les Québécois que la conversation sur leur énergie et la gestion qu’on en fait ne soit plus ni saine ni nécessaire.

À voir en vidéo