Dehors, les vieux pupitres

« Je me souviens » perdra le peu de sens qu’il conservait encore depuis la modernisation aseptisée des lieux et l’aménagement récent de salles beiges autour du Salon bleu de l’Assemblée nationale. Maintenant qu’on veut refaire ce lieu si important de notre histoire.

Mais que sont devenus ces ancrages de l’histoire du Québec, ces lieux de pouvoir et de débats dont les murs et le mobilier parlaient pourtant encore, après plus de cent ans ?

Sommes-nous de vieux nostalgiques malcommodes ou simplement des citoyens qui s’accrochent encore à ce qui reste de nous ?

Avec les travaux de rajeunissement de l’Assemblée nationale, tous ces vieux souvenirs, chargés de symboles, partiront.

Celles et ceux dont les tableaux et les photos ornent les murs, qui gardaient pourtant fièrement notre histoire politique, verront passer les enjoliveurs du site, sans doute avec la moue d’une âme devant la turpitude du corps.

Je me souviens… de rien.

 

À voir en vidéo