Hommage à l’ami Pascal Élie

Pascal Élie fut mon voisin pendant 10 ans. Nos maisons partageaient un mur. J’ai vu grandir ses deux garçons. Un de ses fils et un des miens jouaient au hockey ensemble. Nos familles se voyaient constamment à la patinoire. On a partagé beaucoup de repas ensemble et le sujet était invariablement la politique : fédérale, provinciale et municipale.

J’aimais beaucoup ses caricatures dans Le Devoir : amusantes et pointues sans jamais être cruelles. Un homme doux, raffiné et d’une grande intelligence, qui nous a fait rire. Il avait aussi travaillé à la Gazette de Montréal. Il parlait les deux langues et il comprenait les deux cultures.

Une maladie neurodégénérative l’a emporté en octobre. Je l’avais vu maigrir pendant 10 ans et peu à peu perdre le contrôle de son corps, mais sans jamais se plaindre. Courageux et digne jusqu’à la fin.

Repose en paix, cher Pascal, et condoléances à ta belle famille.

À voir en vidéo