Agriculture et pétrole, même combat?

Je suis surpris et un peu scandalisé d’entendre le cofondateur d’Équiterre Steven Guilbeault, devenu ministre canadien de l’Environnement, mettre sur un pied d’égalité environnementale des activités aussi étrangères les unes aux autres que l’extraction minière, le secteur pétrolier et gazier, l’agriculture, le secteur des transports et les bâtiments. C’est pourtant ce que le ministre a répondu aux quelque vingt organisations pro-environnement qui dénonçaient la présence d’Enbridge et consorts dans la délégation canadienne à la COP 27.

Je veux bien qu’on favorise l’harmonie universelle en ces temps difficiles, mais on ne peut pas impunément traiter de la même façon des activités directement liées au bien-être de l’humanité et d’autres activités productrices de profit au détriment des conditions de vie des personnes qui en dépendent.

« Si on commence à censurer certains groupes d’entreprises, on arrête tout. Tous les secteurs d’activité au Canada émettent des gaz à effet de serre… » Voilà une réaction ministérielle qui ne devrait pas passer à l’histoire.

Si elle veut rapidement accéder à la carboneutralité, l’humanité ne peut pas jeter le même regard sur, d’une part, le secteur agricole dont nous pourrions tirer la nourriture pour tous les habitants de notre monde, et, d’autre part, le secteur minier et pétrolier dont les activités produisent énormément de GES nuisibles et dont les retombées positives sur l’humanité sont sérieusement remises en question depuis déjà plusieurs années.

À voir en vidéo