Le français au Québec

En ce temps d’élection, tous les partis parlent de la conservation du français, ce qui est noble en soi, mais, aucun parti ne mentionne que l’enseignement du français à l’école fait partie intégrante de la conservation.

Le ministère de l’Éducation ne fait aucun effort pour s’assurer que le français est enseigné avec rigueur.

Comment peut-on conserver une langue si on ne sait l’écrire et la parler correctement ?

Je suis né au Québec, j’ai fait mes études au Québec et je vis hors Québec depuis 1969. J’ai appris le français à l’école lorsqu’on insistait beaucoup sur la façon d’écrire le français, ce qui m’a appris à aimer et respecter cette langue.

Si le ministère de l’Éducation ne fait un effort spécial, comment peut-on motiver les étudiants à aimer et à vouloir conserver la langue ?

Ne cherchons plus pourquoi il y a de moins en moins de Québécois intéressés à conserver le français. J’écoute la télévision du Québec et je m’aperçois que beaucoup de mots sont coupés et beaucoup d’anglicismes sont utilisés. Est-ce ça qu’on veut conserver ?

C’est lorsqu’on impose des lois que les gens s’efforcent d’y déroger. Politiciens, démontrez que vous êtes sincères, ouvrez les yeux et appliquez les vraies solutions.

À voir en vidéo