La 7e vague, ce n’est que la suite de la 6e, non ?

Les trois derniers points de presse de la Santé publique du Québec se sont ressemblé en tout point. Malgré la 7e vague qui bat son plein, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Le docteur Luc Boileau nous a encore une fois invités à demeurer prudents. Après tout, la COVID-19 n’est plus ce qu’elle était. Puis la majorité des Québécois ont été vaccinés. Tout va bien dans le meilleur des mondes, non ?

Alors le directeur de santé publique du Québec nous a réitéré que la vaccination devait se poursuivre tout de même et que les doses de rappel étaient importantes. Puis oh, grande nouveauté, il faut se méfier des grands rassemblements estivaux, comme ceux des festivals de musique. Il en a profité pour encourager le port du masque, sans trop insister sur cette mesure sanitaire.

 

Luc Boileau, le ministre de la Santé et notre premier ministre s’entendent sur un point : il faut apprendre à vivre avec la COVID. Cela me rappelle que François Legault a malencontreusement dit à des groupes d’écoliers rencontrés au dernier Salon du livre de Québec que la COVID, c’était rendu maintenant comme une grosse grippe.

Alors pourquoi le gouvernement devrait-il encore mettre en vigueur une mesure comme le port du masque dans les espaces publics fermés ? […]

Le problème, c’est que juste dans mon petit entourage à moi, au travail, parmi mes amis, pas moins d’une vingtaine de personnes ont contracté la COVID en un mois. Personne n’en est mort, fort heureusement. Mais certains ont eu la frousse. Certains ont eu de gros symptômes. Au Québec, le mercredi 20 juillet, on a recensé 20 décès. Et le nombre d’hospitalisations explose depuis trois semaines dans nos hôpitaux. Mais bon, on doit apprendre à vivre avec la COVID, paraît-il. […] Après tout, la 7e vague, ce n’est que la suite de la 6e, il ne faut pas trop lui donner d’importance. On doit à la limite s’en contreficher, en attendant la 8e vague et ainsi de suite. […]

Il y aura d’autres éclosions, d’autres hospitalisations et d’autres morts. […] Restons prudents, un point c’est tout.

À voir en vidéo