L’escalade du wokisme

[…] Dans sa récente chronique « L’escalade du mot en n » (Le Devoir, 14 juillet 2022), Emilie Nicolas explique pourquoi il faudrait faire précéder d’un « simple avertissement » des émissions de radio et autres où le mot en n est évoqué. Et ce, même dans un contexte d’information […]. Je suis en désaccord avec cette proposition de mise en garde.

[…] À mon sens, c’est là une forme d’infantilisation inspirée du wokisme, idéologie bien-pensante et élitiste qui s’autorise à penser pour nous, qui serions incapables du jugement nécessaire pour recevoir des propositions, même contextualisées, sur des enjeux faisant appel au regard que chacun porte sur l’Autre. De plus, je ne peux m’empêcher de voir dans toutes ces mises en garde un encadrement de la pensée aux dérives incertaines qui, au bout du compte, vient imposer des limites inutiles et dangereuses à la liberté d’expression.

Et comme l’a bien résumé le chroniqueur Pierre Trudel (Le Devoir, 9 novembre 2021) dans un autre contexte (jugement de la Cour suprême dans l’affaire Mike Ward-Jérémy Gabriel), « faire dépendre la liberté d’expression des sensibilités des personnes qui revendiquent le droit de ne pas être offensé, c’est en nier l’existence même ».

À voir en vidéo