Les seins nus et le Code criminel

Éloÿse Paquet Poisson était étendue seins nus dans le parc du jardin Jean-Paul-L’Allier quand cinq policiers se sont approchés d’elles, lui demandant d’abord de se couvrir, ce qu’elle a refusé. Les policiers ont ensuite admis qu’elle ne faisait rien d’illégal, mais qu’ils souhaitaient s’assurer qu’elle ne faisait « rien de sexuel » puisque des passants avaient porté plainte. Dans la foulée de cet incident, deux manifestations se tiendront à Montréal et Québec le 19 juin sur le thème « Libérez les seins ».

Depuis le début de la création, l’homme a toujours été tenté par le « fruit défendu ». Toute partie du corps cachée devient un objet convoité. Il en est ainsi des seins. Quant aux parents qui se scandalisent d’assister à une scène de seins nus prétextant que les enfants seront traumatisés, j’ai plutôt l’impression que ce sont eux qui sont attaqués dans leur pudeur.

Quoi qu’il en soit, rien dans le Code criminel n’interdit aux femmes d’avoir les seins nus en public. Ce que proscrit la loi, c’est de commettre des actions dites « indécentes »… Alors, il vaut mieux s’habituer à voir des seins nus… Et probablement que la scène deviendra « normale » et que les plaignards n’y porteront plus attention avec le temps.

À voir en vidéo