Les beaux discours de saint Bernard

J’ai déjà eu une conversation hypersouverainiste avec M. Drainville. À l’époque, il était une étoile montante au PQ. Je n’étais pas le seul à le voir comme le saint Bernard qui conduirait les Québécois aux portes de la souveraineté. En se joignant à la CAQ, il devient l’un des plus grands vire-capot que la Terre ait portés. Le saint-bernard qui nous menait à bon port est devenu le loup dans la bergerie. Dans sa nouvelle vie politique, il va défendre bec et ongles le troisième lien au détriment de l’écologie.

Il claironnera haut et fort que d’ici l’an 2035, il n’y aura plus d’auto au pétrole, et que les gaz à effet de serre produits par l’automobile seront absents quand le tunnel sera en fonction. Sur ce point, il n’est pas dans le champ. Il oubliera de souligner que la création de ce tunnel est un moteur pour la poursuite de l’étalement urbain au détriment de la densification urbaine. […]

Pour moi, saint Bernard est un beau parleur qui œuvre pour des intérêts obscurs et personnels. Pour moi, Legault et Drainville sont bel et bien des hommes porteurs d’idées passéistes dignes de Maurice Duplessis. Ces mousquetaires sont de braves combattants pour le grand capital au détriment de la nation qu’ils prétendent défendre.

Ne soyez pas dupes, car le charme du chant des sirènes sera constant d’ici le 3 octobre.

Je ne voterai pas pour la CAQ, car j’ai vraiment à cœur l’avenir écologique du Québec.

À voir en vidéo