Nécessaire décarbonisation

Une fraction importante de la société canadienne refuse de relever le défi climatique. Elle privilégie simplement le développement économique, le culte des affairistes. Les effets pervers qui menacent la qualité de vie de l’existence terrestre sont inévitables. Les feux de forêt, les sécheresses, les inondations, les enjeux croissants en matière d’approvisionnement alimentaire, les problèmes de santé et, désormais, la mort d’homme elle-même sonnent l’alarme. La chaleur est la plaie, dernier cri, de l’Humanité. […]

Au Canada, les climato-indifférents forment même un parti politique : l’opposition officielle du pays. Quant au discours écologique, ses déclarations de principe et ses innombrables digressions anecdotiques occultent l’essentiel : un changement structurel fondamental de l’économie canadienne et la rationalisation de la consommation domestique du pétrole, ce qui revient à y renoncer. L’atteinte de la carboneutralité avec des hydrocarbures « propres » est le vœu de toutes les sociétés de ce monde, mais pendant ce temps, les émissions de GES sont en hausse. C’est du bla-bla.

La décarbonisation de notre économie est nécessaire. […] Quel que soit notre comportement, nous façonnons aujourd’hui un futur que les plus jeunes d’entre nous verront peut-être.

À voir en vidéo