Élargir l’accès à l’aide à mourir

Messieurs qu’on nomme grands, je vous demande de vous arrêter quelques secondes pour lire l’article de M. Philippe Beaudoin (« Fatiguée de vivre ainsi », Le Devoir, 14 mai).

Mon père, victime d’un AVC, était cloué dans son lit d’hôpital. Lui aussi vivait dans sa merde du matin au soir. C’était effroyable de voir ce qu’il endurait. Il voulait partir. Aussi, avec le temps, il a trouvé le moyen : le jeûne total.

Ne croyez-vous pas que dans un Québec supposément moderne, on puisse voter une loi qui permette à des vieux de 75 à 80 ans de décider par eux-mêmes s’ils peuvent partir ? Si vous ne bougez pas, nous resterons à regarder des êtres chers souffrir et se dégrader au plus haut point.

De quoi avez-vous peur ? Faut croire que notre éducation judéo-chrétienne nous tient encore et encore. Avez-vous peur que « le petit Jésus se choque et nous envoie des sauterelles » ? Non mais, de grâce, réveillez-vous et faites un acte de miséricorde pour nos aînés.

À voir en vidéo