Rassemblons les indépendantistes au sein du PQ

En réponse à mon ami Michel Houle (« Une union entre le PQ et QS à l’horizon ? », 10 mai), je lui rappellerai que cette situation résulte du refus de QS du projet de convergence que son négociateur avait pourtant entériné.

Nous militons tous deux à Transition Québec, parti municipal indépendantiste progressiste à Québec, tout en étant militants respectivement du PQ et de QS sur la scène québécoise et pour le Bloc sur la scène fédérale. La seule anomalie de ce constat, à mon avis, est l’incapacité de la social- démocratie et de la gauche québécoise de parler d’une seule voix pour remettre le Québec sur le chemin vers l’indépendance. Cela passe aussi par l’ouverture d’esprit nécessaire à l’accueil des indépendantistes qui logent chez les partis fédéralistes, particulièrement à la CAQ, maintenant que la menace libérale est disparue…

En un mot, c’est un rassemblement des forces indépendantistes qu’il nous faut. Le PQ s’étant débarrassé de ses hésitations à présenter un projet clair et net de l’indépendance nécessaire, seul le PQ peut s’en faire le porteur puisque près de 50 % des sympathisants QS sont fédéralistes, particulièrement dans la région de Montréal. Pour cela, il faut nous cracher dans les mains, comme aurait dit M. Parizeau. L’enjeu : « Un pays à nous autres » en vaut la chandelle.

À voir en vidéo