D’une chrétienne… pro-choix!

Je suis croyante et pratiquante dans une église protestante. Je m’affiche comme pro-choix. Cela n’a pas toujours été le cas. Je me suis jadis identifiée au mouvement anti-choix. En fait, je n’étais pas contre le droit des femmes à disposer de leur corps. Mais je souhaitais ardemment que celles qui vivaient une grossesse non voulue fassent tout ce qui était en leur possible afin de la mener à terme, à moins bien sûr que leur vie ne fût en danger. Je pensais alors qu’il valait mieux poursuivre une grossesse et offrir ensuite le bébé en adoption.

Par contre, malgré mes convictions, je crois n’avoir jamais condamné les femmes qui optaient pour l’avortement. Je me disais que cette décision devait être plutôt pénible à prendre. Puis, à force de réfléchir sur le sujet, j’ai vu ma position évoluer. Je me suis posé une question. Avoir été enceinte et ne point désirer le bébé, aurais-je eu la force de poursuivre ma grossesse afin que l’enfant puisse être adopté ? La réponse est non…

L’hypothèse que la Cour suprême des États-Unis pourrait faire une croix sur l’arrêt Roe v. Wade me bouleverse. Si une manif a lieu près de mon domicile afin d’appuyer nos voisines du Sud, j’espère être au rendez-vous. J’ai déjà participé à un événement pour le droit à l’avortement voilà quelques années. Tout le monde devait se vêtir en noir et s’étendre sur l’asphalte. Dans nos mains, un unique objet, un cintre…

À voir en vidéo