Et la responsabilité collective, Monsieur Dubé ?

Je suis sidérée, en ce moment, par l’absence d’un discours mobilisant et ferme face à la sixième vague, au plus haut niveau de l’État québécois. Dans mon entourage, de nouveaux cas de COVID apparaissent chaque jour, et 10 000 travailleuses et travailleurs de la santé manquent à l’appel. Les hospitalisations augmentent inexorablement. Plusieurs spécialistes nous convient à redoubler de prudence. Pourquoi ? Pour protéger les plus vulnérables d’entre nous et pour ménager le système de santé qui n’en peut plus. Faudra-t-il bientôt recourir de nouveau au délestage, cette façon polie de dire à des malades : votre opération va attendre… encore !

Le ministre de la Santé nous dit : « C’était prévu » ! Il lui en a fallu du temps pour admettre que la sixième vague était bien présente. Nous, nous le savions, il n’y avait qu’à regarder autour de nous ! Pourquoi ne pas en appeler, oui, une fois de plus, à la responsabilité collective de tous les Québécois ? Pourquoi ne pas dire, dès maintenant : « Savez-vous quoi ? Le masque va demeurer obligatoire durant toute la sixième vague ! On n’a pas le choix, c’est un outil simple et facile d’accès qui nous permet de continuer à avoir une vie sociale. On n’aime pas vraiment le porter, mais on s’y est quand même habitués ! »

Mais est-ce si surprenant de voir le gouvernement caquiste hésiter à nous convier de nouveau à un grand effort collectif ? Il craint le retour des camions et surtout la perte de votes au profit du Parti conservateur d’Éric Duhaime. J’appelle ça : manquer de courage politique. Abdiquer ses responsabilités. À quand un appel à la responsabilité sociale du ministre de la Santé et du premier ministre ? Oui, nous sommes fatigués, très fatigués par une pandémie qui n’en finit pas de finir. Mais nous sommes plus fatigués encore par l’absence de leadership gouvernemental dans un moment pourtant crucial.

À voir en vidéo