Allonger le tunnel

Il est désolant de constater que les mesures de bonifications du tramway de Québec, selon la formulation du gouvernement, apparaissent plutôt comme des mesures dilatoires, déjà en place sous l’administration précédente. Le projet initial du tramway comprenait un tunnel plus long couvrant l’espace allant de l’avenue De Salaberry à l’avenue des Érables, une évidence devant l’exiguïté de la voie publique à cet endroit. Supposément pour des raisons budgétaires, le tracé de ce tunnel fut raccourci, parmi d’autres restrictions. Cela apparaît maintenant comme une décision à courte vue pour un gouvernement qui vient d’engager 3,2 milliards pour se faire réélire, qui propose un troisième lien à 10 milliards sans sourciller, qui s’apprête à indemniser pour plusieurs centaines de millions les sociétés ayant des titres de concessions pour exploration pétrolière qui n’aura pas lieu.

[...] Est-ce que gagner les élections est un projet de société ? Pour un projet qui va porter sur une cinquantaine d’années, et probablement se développer en différentes phases, ajouter un financement pour consolider le projet initial semble la solution la plus simple, peut-être pas tellement plus onéreuse que l’ensemble des velléités inconciliables maintenant soulevées, et surtout garante de porter l’extension éventuelle des dessertes du tramway aux quatre points cardinaux, y compris la Rive-Sud, alors que seule la desserte ouest est prévue actuellement (station Legendre).

L’attitude actuelle du gouvernement semble dépasser la simple mesquinerie ; elle apparaît davantage comme une faille de gouvernance. Les bons administrateurs ne suffisent pas, il faut des hommes d’État ; denrée rare.

À voir en vidéo