Triste disparition

La disparition de la boucherie Slovenia m’attriste. Quand j’habitais le Mile End, dans les années 1980, j’allais faire mes emplettes chez Slovenia pour la famille. Il y avait Georges « Gyuri », le propriétaire de Slovenia à l’époque. Il était venu de France et il avait appris son métier chez les bouchers hongrois de la boucherie Hoffner, rue Prince-Arthur dans les années 1960. C’était un chic type, accueillant et toujours souriant.

Dans le magasin, on trouvait des produits d’Autriche, de Hongrie, de Pologne, des produits slovènes et croates. C’était un petit goût venu tout droit de l’Europe médiane. Il y avait aussi l’art de la boucherie à la française. Chez Slovenia, on pouvait trouver dans les vitrines : langues de bœuf fumées, pintades, faisans, perdrix, saucissons, caviars d’URSS, cervelles de veau, le fameux « körözött » (fromage de brebis assaisonné au paprika), rôtis à la découpe française… et j’en passe. Malheureusement, un pan de l’histoire de la « Main » s’envole.

À voir en vidéo