Accès au Paxlovid

Concernant cette annonce d’offrir en priorité le Paxlovid aux personnes dont le système immunitaire est affaibli, je me questionne sur l’accès rapide au médicament.

Le Paxlovid doit être pris en deçà de cinq jours. Pour l’obtenir, ça prend une ordonnance. On sait la difficulté d’obtenir un rendez-vous médical, surtout hors des grands centres urbains, pour ceux qui font partie du nombre indécent de personnes qui n’ont pas de médecin de famille. Les cliniques privées en région réservent en général une seule visite sans rendez-vous par jour à ceux qui n’ont pas de médecin dans l’établissement. Donc on fait une visite inutile sur Clic Santé en souhaitant gagner au loto rendez-vous dès l’heure d’affichage. Et nous sommes légion à avoir le doigt sur la touche.

C’est évident qu’un immunodéprimé ne se précipitera pas à l’urgence après l’obtention d’un résultat positif à un test rapide pour avoir une ordonnance. Le risque est trop grand, et la visite engorgerait inutilement les urgences. L’objectif du médicament est au contraire de les désengorger.

C’est donc bien que le gouvernement offre un médicament en priorité à ceux qu’il pourrait protéger. Mais sans l’accès rapide à une ordonnance, ça ne sert à rien. Au Québec, il y a deux sortes de citoyens au regard de la santé. Ceux qui ont un médecin, et les laissés-pour-compte, qui n’en ont pas. Alors, le cri du cœur du président du Collège des médecins, c’est de la frime corporatiste. 

Pourtant, si les pharmaciens qui ont accès au dossier de ces personnes immunodéprimées pouvaient prescrire le Paxlovid, ou s’ils avaient accès rapidement à un médecin pour obtenir une ordonnance pour les patients orphelins répondant aux critères, ça accélérerait le mouvement, ça réduirait les hospitalisations et les décès. 

Un nouveau médicament ciblé pour ceux qui sont à risque, oui, mais comment y avoir accès rapidement ? C’est une question sans réponse, dans notre système de santé qui se dégrade sans cesse. Problèmes multicausals, auxquels je n’ai évidemment pas la solution, pas plus que la plupart d’entre nous, hélas ! Cependant, pourquoi ne pas faciliter l’accès rapide aux ordonnances, puisque l’accès rapide aux médecins semble insoluble ? Les pharmaciens sont des professionnels extrêmement compétents et accessibles.

À voir en vidéo