Propos présidentiels

Même si je ne regarde pas les infos télévisées, je sais qu’Emmanuel Macron a déclaré vouloir em…er les antivax. Je me demande s’il est vraiment allé jusqu’au bout de sa pensée ou s’il s’est retenu de dire qu’il les b…, ou pire. Certes, il m’arrive, en privé, d’exprimer grossièrement mon indignation par des jurons français ou des sacres québécois. Mais en public ! Mais un politicien ! Mais le président de la République française ! Je regrette presque d’avoir fait renouveler mon vieux passeport français.

J’essaie d’imaginer Charles de Gaulle dans la même situation. Lui qui, au temps de mon adolescence, faisait fréquemment appel à la nation. Je l’imagine, les deux bras levés vers le ciel, dire « Françaises, Français, je vous ai compris ! » Qu’aurait-il ajouté, avant d’entonner La Marseillaise, toujours en faussant horriblement, lui qui s’efforçait de rassembler et non de diviser ?

Je suis favorable à la démocratisation de la politique tout autant qu’à la démocratisation de l’enseignement. Mais pas de cette façon, pas dans le déshonneur de la plus haute fonction de l’État, et le « Casse-toi, pauv’c… » de Nicolas Sarkozy n’est pas non plus un exemple à suivre.

À voir en vidéo