Les autres naufragés du milieu culturel

Depuis le début de la pandémie, les médias braquent souvent leur regard sur les artistes en détresse ainsi que sur les gens qui organisent des événements artistiques et se trouvent donc à perdre de l’argent en raison des mesures sanitaires en vigueur. Les subventions ne pansent les plaies que de façon partielle !

Par contre, rarement jase-t-on des autres naufragés du milieu culturel. Qui ? Par exemple, celles et ceux qui travaillent dans un lieu ayant souvent l’allure d’un aquarium afin de vous vendre des billets de spectacle, soit en taquinant une souris, soit au téléphone ou encore en personne. Celles et ceux qui, comme moi depuis 25 ans, vous accueillent dans une salle et vous lancent un joyeux « Bon spectacle ! » ou encore « Bon film !». Il ne faut pas non plus oublier celles et ceux qui se baladent derrière le zinc afin de vous servir une petite dose de potion magique alcoolisée !

On choisit souvent ce boulot parce que, tout comme le public qui fréquente les lieux artistiques, nous avons eu nous aussi la piqûre de la culture, celle qui nous immunise contre l’indifférence face à la beauté du monde. Et les effets bénéfiques de cette injection, contrairement à celles de Pfizer ou de Moderna, ne s’estompent jamais. Encore une fois, un coup de poignard s’enfonce dans le milieu culturel. Oui, la culture chancelle. S.v.p., ne l’abandonnons pas ! Tendons-lui la main, oups, plutôt le coude en prenant le chemin des cinémas et salles de spectacle, somme toute sécuritaires. C’est quoi le titre du nouveau film de Ken Scott ? Au revoir le bonheur

À voir en vidéo