On comprend bien, mais…

Il est parfois difficile de discerner qui, du « politique » ou du « sanitaire », a le dernier mot dans la formulation des directives à suivre pour lutter contre la famille COVID… souche de départ et rejetons qui s’avèrent plus nocifs et plus contaminants les uns que les autres !

L’attitude de « bon père de famille » qui a rendu François Legault populaire pendant les premières phases de la pandémie semble avoir cédé le pas à la nature profonde du politicien que le déclenchement des élections fédérales a sorti de sa torpeur. Non seulement la période zen annoncée par le premier ministre fut de courte durée (foi de Gabriel Nadeau-Dubois !), mais le relâchement prématuré de certaines mesures sanitaires et l’annonce récente d’un Noël en famille alors même que les autorités sanitaires du pays recommandaient la plus grande prudence répondaient sans doute à un besoin d’être populaire au détriment de la rigueur que commande la situation actuelle.

On a beau comprendre l’importance du coup de barre annoncé par le premier ministre hier, il reste que le jeu d’alternance entre « bonnes et mauvaises » nouvelles a des effets pervers sur le moral et la confiance que la population entretient envers les responsables de la santé publique. Au lieu d’un acte d’humilité comme l’invoque le premier ministre, il serait peut-être plus judicieux de s’engager à suivre davantage les avis des experts en santé publique afin d’assurer une cohérence des mesures à suivre, aussi impopulaires et contraignantes soient-elles. On a beau « bien comprendre », mais, en fin de compte, c’est la crédibilité des autorités qui en souffre !

Il y avait probablement uniquement les partisans des Canadiens qui pouvaient se sentir soulagés par les nouvelles mesures : la décision de jouer à huis clos leur évite le « supplice de la goutte » d’une saison catastrophique en plus de leur assurer un remboursement. Comble d’ironie… les Canadiens en ont profité pour inscrire une victoire. Comme quoi, humour et plein air sont sans doute nos meilleurs remparts pour préserver notre santé mentale en cette période difficile.

À voir en vidéo