Sondage sur les «mères porteuses»

L’article paru dans Le Devoir du 30 novembre coiffé du titre « Les Québécois en faveur d’une loi sur les mères porteuses » fait référence au coup de sonde Léger mené sur le Web en septembre auprès de 1000 personnes. N’y a-t-il pas quelque chose de discutable dans le traitement accordé au sondage lorsque, par extrapolation, on énonce en exergue imprimé, en gros caractères bleutés, que « 70 %, c’est la proportion des Québécois qui appuient les intentions du gouvernement d’encadrer le recours aux mères porteuses dans la loi, selon un sondage, etc. » ? Un titrage en trompe-l’œil a-t-il sa place ?

S’ajoute au questionnement la réaction au sondage, du ministre de la Justice, qui déclare que « ça démontre qu’on est sur la bonne voie… qu’on répond aux préoccupations de la population ». À croire que la légalisation du recours aux mères porteuses ne serait plus qu’une simple formalité !

On peut bien s’émouvoir à l’idée que, dans un élan de générosité, une femme conçoive un enfant dans le seul but d’en faire cadeau à sa belle-sœur infertile ! Reste quand même à espérer que les consultations en commission parlementaire assureront la mise en évidence de la complexité des enjeux que soulève le projet de loi 2, notamment sur le plan éthique.

À voir en vidéo