« Caller la "shot" »

À l’occasion d’une affaire bien triste, soit le meurtre par arme de poing d’un jeune de 16 ans à Montréal, la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, a demandé au gouvernement fédéral de « caller la shot ». L’expression me paraissait étrange provenant d’une personne d’allure généralement distinguée… Je me suis demandé en premier si ce québécisme était propre au pays de l’ancien royaume de Régis. En second, je me suis dit qu’il fallait que le ministre Jolin-Barrette, responsable du dossier linguistique dans le gouvernement caquiste, intervienne pour corriger le français douteux de Mme Guilbault ! En même temps, le jeune ministre pourrait avertir MM. Fitzgibbon et Legault que leur français est trop souvent pas mal « carré ». Mais, populisme oblige, je doute fort que le ministre responsable de la Langue française se transforme en préfet de discipline en la matière. Notre distinguée vice-première ministre pourra donc continuer à « caller la shot » comme elle l’entend. Ce n’est pas son fier chef qui devrait lui interdire de le faire !

À voir en vidéo