Plaidoyer pour la norme

Des pressions s’exercent sur le ministère de l’Éducation du Québec pour que le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir puisse toujours rester invariable. L’Association québécoise des professeurs de français a demandé à l’État de reconnaître l’invariabilité. Elle suit, en cela, d’autres interventions en la matière, dont celle de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

En tant qu’enseignant, j’affirme, pour ma part, qu’une telle transformation serait décourageante. On en trouve pour prétendre qu’il faut « déconstruire » la norme actuelle en raison de sa complexité. Certes, la langue évolue, mais on ne devrait pas la modeler en s’inspirant de l’incompréhension qu’elle suscite chez certaines personnes.

L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir n’est pas dénué de sens. Le lien entre le participe et le complément direct est logique. Si, dans une phrase, le complément précède le verbe, c’est donc qu’il est déjà connu de l’auteur au moment où il écrit le participe. C’est pourquoi le participe se trouve marqué par le genre et le nombre du complément auquel il est associé sur le plan sémantique.

Lire un texte où les accords se font en suivant une logique variable, c’est comme écouter un musicien jouer faux. Les problèmes de compréhension associés à la norme linguistique ne sont pas dus à la norme, mais à l’enseignement qu’on en fait parfois. Mieux vaut trouver des manières efficaces d’expliquer aux élèves la logique de la norme que de s’en défaire à la hâte. Sinon, d’autres « innovations » risquent de survenir. L’accord de genre variable pour les noms commençant par la lettre a : une belle avion ! L’acceptation des anglicismes : pourquoi les débusquer s’ils font à ce point partie de l’usage ? À en croire certains experts, déplorer ce genre de déconstructions, ce serait mener une lutte d’arrière-garde. Toutefois, ma présomption est que la majorité des locuteurs souhaiteraient préserver la norme linguistique de l’accord du participe passé si elle était expliquée avec la clarté et la pertinence attendues.

À voir en vidéo