Mort de Marylène Levesque: une violence banalisée

Le rapport de la coroner Stéphanie Gamache sur la mort de Marylène Levesque nous a profondément choqués et nous constatons, encore une fois, combien la violence envers les femmes est banalisée et sous-estimée.

Le bracelet électronique aurait peut-être pu sauver la vie de madame Levesque, nous ne le saurons jamais. Mais on peut sûrement affirmer que le fait de ne pas dénoncer la décision de la Commission des libérations conditionnelles et de ne pas lui accorder une responsabilité dans le meurtre répugnant de cette jeune femme ne protège aucunement les autres femmes de la violence.

La violence des hommes envers les femmes est malheureusement très présente dans notre société et ses causes en sont très bien connues. Cette violence est d’abord et avant tout une affaire de CONTRÔLE. Cela n’a pas empêché une institution comme la Commission d’autoriser cet homme violent à fréquenter les salons de massage. Cette autorisation était même inscrite à son plan d’intervention. Ce constat est, en soi, aberrant !

Les salons de massage sont reconnus comme étant des lieux d’exploitation sexuelle où plusieurs femmes sont victimes de traite humaine. Nous travaillons pour prévenir l’entrée dans la prostitution des jeunes femmes, nous avons adopté des lois criminalisant l’achat d’actes sexuels et une commission a autorisé un criminel en libération conditionnelle à commettre un acte criminel ? Pour lui apprendre à avoir des relations « saines » avec des femmes ? Drôle de plan d’intervention ! Et une coroner ne relève pas l’incohérence et la responsabilité que cela représente ?

La coroner a choisi de mettre l’accent sur le port obligatoire du bracelet électronique. C’est beaucoup moins dérangeant et moins engageant pour la société de s’imaginer qu’un objet peut servir de bouclier pour protéger les femmes. Elle a négligé de faire des liens entre l’aveuglement volontaire que représentait cette décision de la Commission et le danger réel dans lequel elle a placé madame Levesque lorsqu’elle a finalement interdit à cet homme de fréquenter le salon de massage, mais qu’elle n’a pas fait de suivi particulier pour vérifier s’il contournait cette interdiction.

Cette négligence vient s’ajouter à une série de féminicides qui ébranle la société et nous ramène à la banalisation de la violence envers les femmes. Cela nous fait craindre pour la suite des choses.

À voir en vidéo