«J’en appelle à la poésie» à l’ADISQ

En entendant David Goudreault en ouverture du Gala de l’ADISQ en appeler à la poésie, on était en droit de s’attendre à vivre une fête de la parole et de la chanson québécoise d’aujourd’hui, aux rythmes divers et aux multiples accents.

Or, la plus encensée des autrices-compositrices-interprètes de l’édition 2021 de l’ADISQ, Klô Pelgag, a plutôt livré une prestation exigeant un immense investissement visuel et des prouesses dignes de mention. Je ne peux malheureusement dire un mot sur la poésie de ses chansons. J’ai saisi le mot « Mélamine » au vol, c’est à peu près tout.

Comme je n’en suis pas à ma première déception du genre, j’en appelle aux producteurs de l’ADISQ pour qu’ils utilisent les écrans à l’avenir pour reproduire le texte des chansons afin que les téléspectateurs puissent participer pleinement à la fête des mots annoncée.

À voir en vidéo