J’ai mal à la démocratie

Monsieur Legault,

Au début de la pandémie (13 mars 2019), des mesures exceptionnelles d’urgence ont pu s’avérer appropriées. Or, il semble que le goût d’exercer le pouvoir seul et sans discussion s’est installé. Force est de constater que la reprise des activités parlementaires à l’Assemblée nationale sous le couvert du maintien de conditions suspendant des droits et muselant les partis d’opposition témoigne d’un parti pris autoritaire affaiblissant encore davantage un des derniers espaces démocratiques où des personnes élues peuvent représenter d’autres points de vue. Rien ne présage de bien beau quant au legs que vous laisserez à la société à cet égard. À un an des élections.

J’ai mal à la démocratie au Québec.

À voir en vidéo