Rousseau a raison!

Que le président d’Air Canada soit incapable de maîtriser le français est scandaleux. Par contre, comment ne pas lui donner raison lorsqu’il affirme qu’on peut vivre à Montréal sans parler la langue officielle du Québec ? Cessons enfin de planer et revenons sur terre : existe-t-il un endroit dans la métropole où les gens ne peuvent être servis en anglais ? Est-ce nécessaire de s’échiner à apprendre le français pour évoluer au royaume du Bonjour-Hi ? D’ailleurs, n’y a-t-il pas un candidat à la mairie de Montréal, Balarama Holnesss, qui promet d’officialiser le statut bilingue de notre ville advenant son élection ?

On peut tout de même se réjouir que la déclaration provocatrice du pilote en chef de notre compagnie aérienne ait suscité un peu de turbulence. Mais combien de temps durera cette indignation ? Qui s’offusque encore que la gouverneure générale du Canada, Mary Simon, ne peut s’exprimer convenablement dans la langue de Molière ? Le français en Amérique du Nord ne ressemble-t-il pas à un avion sur le point de s’écraser ? Serons-nous capables de contrôler sa trajectoire ? Réussirons-nous à faire des Robert Piché de nous-mêmes ?

À voir en vidéo