Qui donnera le nouveau cours ?

Devant la sérieuse pénurie d’enseignants et l’augmentation de personnes non légalement qualifiées dans les classes des écoles primaires et secondaires du Québec, je suis grandement préoccupé par le nouveau cours Culture et citoyenneté québécoise devant se donner pour l’année scolaire 2023-2024 dans l’ensemble des écoles. Ayant enseigné en science au secondaire pendant 26 ans, je suis en mesure d’affirmer que les profs ayant reçu une solide formation universitaire dans l’un des programmes d’études sauront intéresser leurs élèves. Comme je le mentionne dans mon livre Enseigner avec passion (préface de Normand Baillargeon), l’enseignant doit maîtriser sa matière, il doit être un expert dans son domaine (p. 80). En effet, comment convaincre les élèves, si le prof en sait à peine plus qu’eux !

Ainsi, comment arrivera-t-on à former adéquatement les enseignants qui auront la délicate tâche d’aborder avec les jeunes des sujets complexes comme l’exploitation sexuelle, le consentement, la liberté d’expression, la reconnaissance de l’autre, le développement de la pensée critique ? En outre, la pénurie de profs affecte également toutes les matières. Les élèves auront-ils acquis correctement les connaissances générales pour aborder et comprendre les enjeux du nouveau cours ? La présente pandémie nous démontre clairement le manque de culture scientifique de plusieurs personnes dans notre société. Les commentaires lus sur les réseaux sociaux en témoignent, lorsque certaines personnes affirment que les vaccins sont plus dangereux que le SRAS-CoV-2, ou lorsqu’ils affirment en savoir davantage que les infectiologues, les virologues. La liberté d’expression ne doit pas être un prétexte pour dire n’importe quoi. Il en est de même pour le développement de l’esprit critique.

Donner ce cours s’avérera certes passionnant, à la condition que les enseignants aient reçu une solide formation, et non quelques heures distribuées ici et là comme c’est souvent le cas dans les écoles.

À voir en vidéo