Non, ce n’était pas du « bluff »…

Avec le report de la date butoir pour la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, il serait erroné de penser, comme l’ont suggéré certains commentateurs qui « tirent plus vite que leur ombre », que « les antivax ont gagné »… Au contraire ! Car faisant fi du plus élémentaire sens des responsabilités envers les patients qu’ils sont censés protéger, les récalcitrants confirment à quel point ils ont perdu de vue la raison d’être de leur profession. Au final, ce sont eux et les syndicats qui les représentent qui auront perdu le respect du public.

Il serait également faux de prétendre que Christian Dubé a « bluffé » en imposant la vaccination obligatoire à compter du 15 octobre. Le ministre s’en est remis au monstre de bureaucratie qu’est devenu le ministère de la Santé pour constater, in extremis, que la cible visée mettait les services aux usagers en péril et le personnel soignant vacciné à risque d’épuisement. Plutôt que de mettre en doute la crédibilité du ministre, saluons plutôt son intégrité, son sens du devoir et sa préoccupation d’agir dans l’intérêt supérieur des patients.

La pandémie nous aura permis de constater à quel point la réforme Barrette est un échec. Et s’il est un enjeu qui devrait dominer la prochaine campagne électorale, c’est bien celui des services de santé avec, à la clé, la « question de l’urne » qui tue : « Quel parti est le plus susceptible de nous sortir du bourbier actuel ? »

Quand on regarde le calibre des partis d’opposition, poser la question… c’est y répondre ! Souhaitons que Christian Dubé soit là pour livrer la marchandise.

À voir en vidéo