Facebook et les cigarettiers

La lanceuse d’alerte sur Facebook, Frances Haugen, me fait penser à la dénonciation des pratiques des cigarettiers il y a 20 ans.

Les révélations de cette ancienne employée du réseau social sont certainement aussi marquantes que la dénonciation des malversations de l’industrie du tabac en 2004 par Jeffrey Wigan, un employé d’un cigarettier, qui avait mené à des poursuites de plusieurs milliards de dollars.

Les conséquences financières et légales pour Facebook ne seront sans doute pas aussi onéreuses, mais le parallèle demeure incontournable et doit être reconnu sur la place publique.

La grande inconnue à présent est la réaction des législateurs, aux États-Unis et ailleurs.

Pour résumer : Facebook saurait pertinemment que ses produits peuvent nuire à la santé (ici la santé mentale) et créer une dépendance.

Il est donc légitime à présent de dire que notre monde (en tous les cas, les pays dits développés capables de produire des politiques publiques, autrement dit le processus démocratique) est à la croisée des chemins dans la révolution numérique effrénée (et bien souvent débridée), en ce début du XXIe siècle.

Comme l’a dit Frances Haugen le mardi 5 octobre 2021 devant un sous-comité du Sénat américain sur la protection du consommateur et du commerce, il arrive un moment où l’innovation et la créativité de l’être humain doivent être examinées et canalisées.

Pratiquement 20 ans après la création de Facebook, datée de février 2004, l’heure est venue pour nos sociétés de prendre du recul et de se pencher sur ce nouvel outil technologique numérique, à l’image de ce qui est arrivé avec l’automobile, voire l’imprimerie ou la télévision.

Les autorités publiques doivent prendre très au sérieux les contrecoups aussi profonds qu’insidieux des médias sociaux, à la fois sur la personne et à l’échelle micro, mais aussi à l’échelle macro, soit sur la collectivité et la vie démocratique.

Merci, Frances Haugen, de nous faire entrer dans le monde des médias sociaux 2.0. Du moins, espérons-le.

À voir en vidéo