Me Kamel et le racisme systémique

Me Géhane Kamel a enquêté avec beaucoup de compétence et d’insistance sur les drames et les horreurs survenus dans une dizaine d’établissements de soins ces derniers mois, dans les CHSLD publics et privés et à l’hôpital de Joliette. À Joliette, avec les témoignages percutants sur la mort par négligence de Mme Echaquan, Me Kamel a conclu à du racisme systémique de nos institutions (de santé). En 25 ans, j’ai visité ou défendu après discussion des centaines de patients, de résidents et de familles, pour des cas de discrimination dans le réseau de la santé :

– des personnes issues de différentes communautés culturelles, non traitées avec toute la compétence nécessaire aux soins requis ;

– des personnes âgées trop malades pour que la médecine veuille continuer à les soigner ;

– des personnes obèses à qui on négligeait d’offrir des soins ;

– des personnes affligées de maladies mentales qu’on ne croit pas ;

– des personnes souffrant d’aphasie qu’on ne prend pas le temps d’écouter et de comprendre ;

– des patients anglophones qu’on néglige de traiter en anglais, et vice versa pour des patients francophones.

Après toutes ces années, je peux dire que oui, des acteurs du réseau de la santé sont racistes ou agissent avec des réflexes discriminatoires auprès de certains patients et résidents pour divers motifs comme ceux énumérés plus haut.

Je ne peux toutefois pas conclure que le réseau, dans ses près de 500 établissements et installations et avec ses plus de 300 000 soignants, a érigé le racisme en système, comme prétendu par Me Kamel, malgré tout le respect que je lui voue.

À voir en vidéo