«Parqués comme du bétail», vraiment?

Nous habitons dans une résidence pour personnes âgées depuis plus de douze ans et nous nous en portons très bien. Nous n’y avons pas été contraints. Nous sommes sans enfant et personne dans notre entourage n’a tenté de se débarrasser de nous pour mettre la main à vil prix sur notre propriété ou pour ne plus avoir à s’occuper de nous. Mais dans les médias, il arrive régulièrement que quelque âme bien intentionnée, voulant sans doute nous défendre contre nous-mêmes, s’indigne qu’on nous ait « parqués » dans un tel lieu. Nous cherchons toujours ce « on » si malveillant et nous tiquons un peu de nous voir assimilés à du bétail mis au passage. Cette expression contribue à entretenir l’image de personnes âgées vulnérables, incapables de discerner par elles-mêmes ce qui est bon pour elles et condamnées à la solitude. Ne serait-il pas temps d’en finir avec ce stéréotype ? À moins que certaines personnes qui l’entretiennent n’aient elles-mêmes peur de se retrouver un jour à leur tour à la croisée des chemins ?

À voir en vidéo