Une gauche efficace? Oui, quand même!

Ne s’agissait-il que d’une boutade de la part du premier ministre François Legault lorsque, en réponse à une question d’un journaliste, il se réclama d’une dite gauche efficace ? On comprend qu’il veuille se distinguer du vulgaire « woke », comme il l’a qualifié lors d’un échange à l’Assemblée nationale, que serait Gabriel Nadeau-Dubois, chef du parti de gauche (inefficace ?) Québec solidaire, mais M. Legault aurait intérêt à ne pas trop s’emballer en cette année électorale s’il ne veut pas compromettre sa crédibilité déjà quelque peu amochée à cause de ses interventions non moins douteuses dans le cadre de la dernière campagne électorale fédérale.

Doit-on rappeler au premier ministre que, en début de pandémie, l’année dernière, le mieux qu’il a su faire pour secourir les gens qui perdaient leur revenu de travail a été l’octroi d’une aide financière d’urgence aux banques alimentaires, déjà débordées ? Nul ne devrait avoir à souffrir de la faim au Québec, avait-il pontifié ! Dieu sait pourquoi, ce que M. Legault ne semble toujours pas comprendre, c’est qu’il soit inacceptable qu’on ait à recourir, sur une base régulière, aux services d’un organisme de bienfaisance pour satisfaire ses besoins les plus élémentaires dans une société aussi prospère que le Québec.

Alors, de grâce ! M. Legault, à défaut d’exercer vos considérables pouvoirs pour rectifier ce triste état de fait, sachez au moins épargner le chef d’une formation politique dont les membres et les députés se sont toujours voués, corps et âme, au bien commun, de sorte que, avant de se soucier d’accroître la richesse des classes déjà aisées, on s’assure que tous puissent jouir d’un niveau de vie un tant soit peu décent.

À voir en vidéo