Le français de nos enfants

Mes quatre enfants ont fréquenté une école primaire de quartier, pour ensuite poursuivre leurs études au secondaire et choisir les études ainsi que la profession de leur choix.

Je me souviens cependant de mon malaise — et de ma tristesse — en constatant combien l’enseignement de la langue écrite était peu valorisé, voire négligé. Ce fut un choc pour moi. Certains textes, comme des préambules d’exercices rédigés par leurs professeurs, n’avaient manifestement pas subi de révision et présentaient une ou plusieurs fautes d’orthographe.

Je me souviens aussi de ce devoir de rédaction pour lequel mon garçon avait eu 100 %. Il en était fier. Il avait cependant fait l’une ou l’autre faute qui n’avait été ni relevée ni corrigée. Quand je lui en ai fait la remarque, il m’a répondu en toute bonne foi :

— Mais maman, c’est pas du français ! C’est de l’histoire !

Heureusement, mes efforts ont porté leurs fruits. Je me suis armée de patience, et j’ai veillé à ce que mes enfants découvrent « le secret des mots », c’est-à-dire leur orthographe. Par ailleurs, la pratique de la lecture leur a été bénéfique pour apprivoiser la syntaxe. Moi, qui ai eu la chance d’étudier et qui aime tant notre langue, j’ai trouvé les moyens pour soutenir mes enfants dans cet apprentissage fondamental. Tous les parents ne peuvent cependant pas le faire. C’est à l’école de le faire.

À voir en vidéo