Soutien surprenant

Je lis dans les médias peu de contestation par rapport au fait que le premier ministre Legault a donné publiquement son appui au candidat conservateur à quelques jours de l’élection fédérale. Je suis surprise et outrée, et j’imagine que je ne suis pas la seule.

Déjà que se faire suggérer pour qui aller voter par le premier ministre est en soi paternaliste, on ajoute à l’insulte en nous demandant d’élire un gouvernement minoritaire conservateur.

Est-ce qu’on serait bien représentés par le Parti conservateur, qui veut maintenir l’exploitation pétrolière et qui est soutenu par le lobby des armes à feu ? Un parti qui représente la droite religieuse chrétienne et dont la majorité des candidats sont opposés à l’avortement et ne reconnaissent pas les changements climatiques ? Qui veut reculer sur la protection de l’environnement, les droits des femmes et le système des garderies, une société civile non armée ?

Erin O’Toole se présente en progressiste, mais il est à la tête d’un parti qui affiche des positions rétrogrades, plus près des valeurs de la droite américaine que des valeurs québécoises.

Le Québec est une nation distincte, soit, mais pas indépendante, nous sommes toujours régis par les lois et politiques fédérales. Sans oublier que, si tout le monde vote pour un gouvernement minoritaire, il risque d’être majoritaire. A-t-on déjà oublié les dix années de gouvernement Harper, caractérisées par les coupes dans les domaines scientifique et artistique ? Notre devise est censée être « Je me souviens ».

Ce soutien du premier ministre Legault à Erin O’Toole risque de miner son capital de sympathie et peut-être lui coûter des voix lors de la prochaine élection, si on s’en souvient…

  

À voir en vidéo