Les archives des Sulpiciens, BAnQ et le «coeur des Québécois»

Merci au Devoir pour le rappel concernant le dossier des archives des Sulpiciens qui ne doit surtout pas tomber dans l’oubli.

Marie Grégoire, qui veut tant « toucher le cœur des Québécois », comme elle l’a déclaré à plusieurs reprises dans les entrevues qu’elle a accordées lors de son entrée en poste comme p.-d.g. de BAnQ, pourrait peut-être y arriver une première fois en s’intéressant da-vantage à ce que vous appelez, avec raison, le « cœur » des archives des Sulpiciens. Ce serait un bon début !

Ce n’est malheureusement pas ce qui s’annonce, si on considère la déclaration on ne peut plus timide de la direction générale des archives de BAnQ. L’occasion serait pourtant belle pour la nouvelle p.-d.g. de BAnQ de faire jouer les excellentes entrées qu’on nous a assurées qu’elle avait auprès de la ministre de la Culture et des Communications et du gouvernement. Cela confirmerait de belle façon ce que d’aucuns ont fait valoir dans la controverse que n’a pas manqué de soulever la nomination de madame Grégoire.

Bref, nous souhaiterions voir une première action concrète de sa part qui démontrerait clairement le « dynamisme » qu’ont décelé chez madame Grégoire les membres du comité de sélection du conseil d’administration de BAnQ. Madame, c’est le moment de nous démontrer votre intérêt et votre attachement au patrimoine québécois ! On ne parle pas ici de « fours à pain », mais bien de véritables archives qui comptent, comme vous le savez, parmi les plus riches du Québec.

 

 

À voir en vidéo