Quand le Québec fait tiquer

La cheffe du Parti vert, Mme Annamie Paul, semble porter un intérêt particulier aux lois adoptées par l’Assemblée nationale du Québec.

On est en droit de se demander en quoi les lois spécifiquement québécoises indisposent ainsi Mme Paul.

D’aucuns relèvent la manie d’ingérence du premier ministre Justin Trudeau dans les compétences provinciales.

En comparaison, le désir exprimé par la cheffe du Parti vert de réexaminer les projets de loi québécoise en comités à Ottawa s’apparente presque à un acte de surveillance et à un « bris grossier de juridiction », pour emprunter les mots du chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet, inacceptables.

À voir en vidéo