Du glyphosate directement sur vos lentilles, vos haricots blancs, votre blé à pain

À la suite de la parution de l’article de Louis Robert dans l’édition du 28 juillet du Devoir, il me semble nécessaire de rappeler que le glyphosate n’est pas homologué pour utilisation comme dessiccant en prérécolte au Canada.

Voici une citation à ce sujet, tirée d’un article de Thomas Gerbet de Radio-Canada du 23 juillet 2021 :

« Isabelle Pilote* confirme que le glyphosate ne doit pas être utilisé pour assécher les cultures, mais seulement pour contrôler les mauvaises herbes. » (*Cheffe de section à la Direction de l’évaluation sanitaire de l’ARLA [Santé Canada].)

Le glyphosate est homologué pour utilisation comme herbicide avant la culture ou encore, dans le cas des cultures modifiées génétiquement, en début de culture, comme pour le soya ou le canola.

Mettre du glyphosate directement sur les lentilles, les pois, le blé, les haricots prêts à récolter pour les dessécher n’est pas autorisé au Canada. Cette pratique est pourtant largement utilisée depuis plus de quinze ans. Bien sûr, les résidus se trouvent alors beaucoup plus concentrés sur l’aliment qui sera commercialisé.

Je suis sidérée d’apprendre que La Financière agricole rembourse le coût d’un acte illégal.

Comme agronome, je n’ai pas le droit de proposer un traitement avec un produit pour un usage hors de son homologation.

Comme agricultrice en culture biologique, j’ai eu à respecter toutes mes obligations légales pour pouvoir recevoir des aides de la Financière agricole.

Pourquoi n’est-ce pas pareil pour un producteur en agriculture non biologique ?

L’ARLA ferme les yeux sur une utilisation non autorisée; aucune surveillance n’est effectuée. Et La Financière agricole du Québec cautionne le tout en remboursant même le coût de l’application du produit.

Bravo pour la protection des citoyens !!!

À voir en vidéo