Le merveilleux monde des communications et la santé publique

Ah, les merveilleux moyens de communication modernes ! Quand j’étais petite, une coupure d’eau était signalée par une personne, oui, une vraie personne, qui passait dans la rue en faisant du bruit (mégaphone, sirène, etc.), parfois même à pied. Oui, à pied. Puis, il y a eu la version « fin de siècle », où une personne, elle aussi à pied, accrochait des avis aux portes des maisons. Quelle inacceptable lenteur !

Aujourd’hui, c’est tellement mieux !

Mardi 20 juillet, il a fallu beaucoup de temps pour qu’une manipulation susceptible de corrompre la qualité de l’eau soit signalée aux habitants d’un très vaste périmètre. L’avis, émis à 15 h 33, stipulait qu’il fallait faire bouillir l’eau à partir de 14 h (!). Or, la coupure d’eau initiale avait été bien antérieure, entre 8 h et 9 h du matin. Aucune annonce publique n’a été faite outre l’avis publié sur le site de la Ville de Montréal (sous la rubrique « Avis et alertes »). Ainsi, aucun avertissement n’était visible à côté de la fontaine publique du parc Jean-Jacques-Olier. Les parents qui fréquentent le parc l’ont appris d’une maman ! De nombreux citoyens, dont plusieurs sont affectés depuis par des problèmes de santé mineurs, l’ont appris trop tard pour pouvoir se prémunir, et plusieurs ne l’ont sans doute pas appris du tout. Au temps de la communication directement apportée aux citoyens, l’information arrivait nettement plus rapidement, où que l’on se trouvât, d’autant qu’elle était multipliée par la rumeur publique.

Certes, nous sommes dans une société si moderne ! Une vraie société des loisirs ! Tout le monde a le temps et surtout le désir d’aller consulter, au cas où, les sites qui offrent des informations cruciales plusieurs fois par jour ou encore d’en subir les innombrables alertes.

Il apparaît de cet exemple, dont il faut espérer qu’il n’aura pas de conséquences tragiques, que les merveilleuses promesses de l’intelligence artificielle semblent conduire plutôt à un renoncement aux règles les plus élémentaires du gros bon sens et qu’à force de spinner sur des infos insignifiantes et la diffusion de pubs en boucles, les médias ont vendu leur âme aux algorithmes et à leur gestion aléatoire de l’information.

Nous serions dans une société de l’information ? Laissez-moi rire…

À voir en vidéo