Une très grande dame

Jihane el-Sadate, épouse du président égyptien Anouar el-Sadate assassiné en 1981 et importante personnalité publique, a été enterrée vendredi passé, dans le caveau de son époux au Mémorial du soldat inconnu à Nasr City (est du Caire) après des funérailles militaires. L’Égypte n’avait jamais accordé un tel honneur à une femme.

Née au Caire d’une mère anglaise et d’un père égyptien, Jihane el-Sadate, épouse du président Anouar el-Sadate, a partagé sa vie de 1949 à sa mort.

Jihane s’était jointe à son mari durant sa visite historique à Jérusalem et s’est tenue courageusement à ses côtés durant son travail acharné pour la paix ; elle avait confié que son époux pensait également que cette paix lui coûterait la vie.

Tour à tour universitaire et diplomate, elle a été une importante personnalité publique des cinquante dernières années en Égypte. Docteure en littérature comparée, elle enseignait jusqu’à cette année à l’université du Maryland aux États-Unis.

Active avec des dizaines d’associations (dont certaines qu’elle a elle-même fondées), l’ex-première dame est devenue, dès les années 1970, une personnalité incontournable de la vie publique égyptienne, se battant pour les droits des anciens combattants, des orphelins et des nécessiteux. Certaines lois en faveur des femmes portent son prénom.

Féministe, militante, courageuse, avant-gardiste, elle a su rester simple et humble. Une très grande dame qui méritait tous ces honneurs et plus.

À voir en vidéo