Excuses exigées?

Le premier ministre Trudeau insiste pour que le pape fasse des excuses formelles pour les abus commis par des religieux dans les pensionnats autochtones. Il revient souvent à la charge à ce sujet, et il demande même au pape de venir au Canada pour faire ces excuses. En agissant ainsi, je crois que le PM se tire dans le pied. Tenter de forcer la main du Vatican est une erreur. Le pape François est une bonne et humble personne. Il n’est pas un homme politique, mais un chef spirituel. Ses motivations ne sont pas celles d’un politicien. C’est lui, sans être bousculé ou forcé, qui décidera librement de venir ou non au Canada pour faire œuvre de pardon. Sa décision, peu importe laquelle,
sera principalement fondée sur des motifs d’ordre spirituel.

Je ne connais pas la ligne d’action politique de Justin Trudeau dans cette passe d’armes avec le pape, mais l’affaire est bien mal partie. Je doute fort que le pape François cède à ce genre de pression, politique et médiatique ; sa vision des choses n’est pas celle du premier ministre.

À voir en vidéo