Justin Trudeau, un chef d’État?

Personne ne met en doute que la question des pensionnats pour Autochtones est troublante. Mais au lieu de calmer les choses, le premier ministre ajoute de l’huile sur le feu et joue au pleureur. Il parle de génocide, de crimes probablement commis, de honte, etc. Il n’agit pas comme un chef d’État, qui se doit d’utiliser un langage prudent et responsable. Mais Justin Trudeau semble incapable d’élever ainsi le débat, optant plutôt pour le rôle de prédicateur voulant culpabiliser ses ouailles.

Je ne sais comment cela se terminera, mais je doute fort que le premier ministre puisse faire autre chose que prêcher, montrant une fois de plus qu’il n’a pas la stature d’un chef d’État, mais bien celle d’un professeur de théâtre d’une école secondaire.

À voir en vidéo