Les Espaces bleus de la Louisiane

Le gouvernement du Québec annonce la création des Espaces bleus, un réseau de lieux culturels et patrimoniaux visant la promotion et la transmission de notre héritage culturel. Ce projet d’une ampleur inédite aura pour vocation de valoriser notre histoire, nos héroïnes et nos héros. Ces lieux permettront de promouvoir le tourisme et de renforcer la fierté d’être Québécois, souhaite M. Legault. « C’est important de miser sur notre histoire et sur notre beauté », écrit-il. On sait déjà qu’à travers l’Amérique du Nord, il existe des lieux devenus des attraits touristiques qui commémorent la présence d’établissement de colonies françaises disparues, ou simplement le passage de nos explorateurs Canadiens français un peu partout dans l’immense « Louisiane », ou encore les vestiges des immigrations canadiennes-françaises en Nouvelle-Angleterre, sans parler du prestige de l’ancienne Acadie dans les Maritimes. Que l’on visite l’Acadian Village ou le French Quarter à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, ou le Fort de Chartres dans l’Illinois, et dès que l’on voit le sceau du Minnesota portant une légende en français : « L’étoile du nord », on est vite boursouflé de fierté à reconnaître les traces de nos « ancêtres canadiens ». Même sentiment de fierté mêlé de nostalgie quand on traverse les « Petits Canada » du Maine, du New Hampshire et surtout de Woonsocket, dans le Rhode Island, une ville où le français était d’usage quotidien dans les commerces, les écoles, l’église… [...] Bref, tout un immense réseau d’espaces bleus où nos ancêtres ont laissé leurs traces partout en Amérique du Nord.

Et désormais, nous aurons nos espaces bleus ici même au Québec pour nos petits-enfants qui pourront dire à leurs enfants : « Voilà, nos ancêtres étaient grands. Leur devise était “Je me souviens”. »

Faute de faire l’indépendance et de se construire un pays normal, les Québécois s’aménagent des petits temples de la renommée posthumes qui deviendront des attraits touristiques pour quelques descendants dont la fierté aura un arrière-goût d’amertume à voir les vestiges d’une nation qui a dit deux fois « non » à sa souveraineté. Des vestiges, des musées, du folklore : tristes consolations de perdants.

La Coalition avenir Québec semble vouloir sauvegarder un passé parce qu’elle se sait impuissante face à l’avenir au sein même d’un Canada assimilateur. Une Louisiane du Nord avec ses espaces commémoratifs ferait bien l’affaire aux descendants du gouverneur britannique Lord Durham, qui souhaitait nous assimiler en deux générations. Ç’aura pris deux siècles.

 

À voir en vidéo