KWE!

Ces jours-ci, on ne parle que des cadavres de ces 215 enfants ensevelis près de l’un de ces anciens pensionnats autochtones à Kamloops. Pour une fois, la population canadienne semble unie autour de la feuille d’érable. On s’indigne avec les gens issus des Premières Nations. Et si ce charnier ne représentait que la pointe de l’iceberg ?

Il y a pourtant des voix que l’on n’entend guère, celles des communautés religieuses, complices de ces horribles établissements. À part l’archidiocèse de Vancouver qui s’est manifesté, elles sont rares les églises qui ont pris la parole depuis la macabre découverte. Le ministre Marc Miller souhaite entendre davantage ceux et celles qui se réunissent autour des clochers. Des excuses seraient bienvenues, oui, mais des actions, encore plus !

Malaise pour moi qui suis croyante et pratiquante dans une église chrétienne mais non catholique. Mon visage est rouge de honte. Mon cœur est orange de compassion. Je sais que l’un des multiples combats menés avec vigueur par les premiers peuples est la défense de leurs langues. Je ne connais que le mot « KWE ». Comment dit-on « plus jamais » ?

 

À voir en vidéo