KWE!

Ces jours-ci, on ne parle que des cadavres de ces 215 enfants ensevelis près de l’un de ces anciens pensionnats autochtones à Kamloops. Pour une fois, la population canadienne semble unie autour de la feuille d’érable. On s’indigne avec les gens issus des Premières Nations. Et si ce charnier ne représentait que la pointe de l’iceberg ?

Il y a pourtant des voix que l’on n’entend guère, celles des communautés religieuses, complices de ces horribles établissements. À part l’archidiocèse de Vancouver qui s’est manifesté, elles sont rares les églises qui ont pris la parole depuis la macabre découverte. Le ministre Marc Miller souhaite entendre davantage ceux et celles qui se réunissent autour des clochers. Des excuses seraient bienvenues, oui, mais des actions, encore plus !

Malaise pour moi qui suis croyante et pratiquante dans une église chrétienne mais non catholique. Mon visage est rouge de honte. Mon cœur est orange de compassion. Je sais que l’un des multiples combats menés avec vigueur par les premiers peuples est la défense de leurs langues. Je ne connais que le mot « KWE ». Comment dit-on « plus jamais » ?

 

À voir en vidéo

8 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 5 juin 2021 08 h 35

    « Yirí7 ri7 ren scptítnesten »

    On croit la sincérité de Mme Lacroix qui se désole que son église a participé activement aux crimes commis par la couronne britannique et ses représentants. Il faut le dire, l’église catholique romaine, l’église anglicane, l’église unie et l’église presbytérienne ont géré ces pensionnats autochtones et ont été les bourreaux qui ont participé sciemment à faire de la loi sur les Indiens, une réalité politique.

    Elle se désole que ce soit le silence radio pour la plupart de ses églises. La question du pourquoi est très simple. Prenons l’église catholique par exemple, celle qui semble avoir été la championne dans ce triste épisode de l'histoire. Si le Vatican et le pape reconnaissent officiellement qu’ils ont eu tort et ont causé préjudice aux autochtones par la voie d’excuses, ils s’exposent à des procès civils venant de partout sur la planète. Le mauvais traitement des autochtones par cette religion, eh bien, on en retrouve dans presque tous les pays du monde. Oui, la plupart de tous les pays des Amériques du Nord et du Sud et beaucoup de pays africains et asiatiques.

    Voilà ce qui motive ces ideologies politico-religieuses, l’argent. Est-ce que vous pouvez imaginer pour un moment la somme démesurée que devrait payer l’église catholique aux nombreux peuples autochtones qui ont été les récipiendaires des sévices de tous genres de leur part? Comme réparation, les montants sont astronomiques et supplantent par un facteur de million les sommes qu’ils ont versés aux victimes des scandales sexuels déjà connus.

    Cela c’est mon opinion vis-à-vis les églises (Yirí7 ri7 ren scptítnesten).

    Amen.

  • Michel Lebel - Abonné 5 juin 2021 09 h 31

    Du discernement

    Ces jours-ci, le discernement semble bien difficile lorsqu'on aborde la question des pensionnats autochtones. C'est l'émotion pure qui prévaut. Je ne puis croire que dans ces pensionnats, tout n'était que barbarie, sévices et mauvais traitements. On instruisait, on éduquait aussi les jeunes. Ceci n'excuse cependant pas les comportements répréhensibles et abusifs de certains membres de communautés religieuses. À l'Église catholique, de procéder avec discernement aux pardons absolument nécessaires, sans se laisser manipuler par le discours larmoyant de Justin Trudeau ou par des médias farouchement anticatholiques.

    M.L.

    • Cyril Dionne - Abonné 5 juin 2021 11 h 22

      Si l'Église catholique procède avec discernement ou non, aux pardons absolument nécessaires et reconnaît ses torts dans cette histoire sordide, elle peut s'attendre à toute une panoplie de poursuite$ civile$. Difficile de croire qu'elle le fera.

      En passant, Justin pleure pour tout le monde sauf pour les francophones évidemment.

  • Pierre Boucher - Inscrit 5 juin 2021 10 h 47

    Motivation frauduleluse

    L'apôtre Paul, 1er grand missionnaire du Christianisme, écrit ceci dans sa 1ère lettre aux Corinthiens :
    « J'ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver de toute manière quelques-uns. »
    Paul, membre de l'élite du Judaïsme, qui persécutait les chrétiens, devient un humblre serviteur au service des autres. C'est lui qui s'adapte à l'autre, et non l'inverse.
    L'Église, peu importe laquelle, a trahi l'esprit de Paul en devenant un maître arrogant sans compassion, dans sa complicité avec le pouvoir politique. Tout le contraire de l'esprit de l'Évangile.

  • Pierre Boucher - Inscrit 5 juin 2021 10 h 58

    Pareil

    Je fréquente une église francophone protestante multiethnique après avoir largué l'Église catholique.
    Je trouve scandaleux et ignoble que des Églises se disant chrétiennes aient fait de telles atrocités dans le passé. C'est entièrement contraire à l'esprit missionnaire des apôtres, de l'Église primitive et de l'Évangile.
    D'où vient cette corruption?

    • Pierre Robineault - Abonné 5 juin 2021 17 h 56

      je réponds à votre question: de la croyance en des balivernes!

  • Bernard Terreault - Abonné 5 juin 2021 11 h 06

    Il n'y a pas que les curés à blâmer

    Je ne suis pas croyant, mais il ne faut pas blâmer que les églises. Elles faisaient ce qu'elles pouvaient avec les maigres fonds fournis par le gouvernement. Et à l'époque , ''blanchir'' les autochtones, c'était les faire progresser. Il n'y a aucun avenir dans le mode vie ''chasse et pêche''. Les méthodes de médecine moderne qui auraient dû sauver Joyce Echaquan sont le fruit de cette science ''blanche'' (et de plus asiatique) et de la fabrication industrielle menée par gros capitalistes.