En appui à Yves Michaud

Le 13 mai dernier, Le Devoir a publié une lettre intitulée « Appel aux députés pour Yves Michaud ». Cette lettre était signée par trente-cinq anciens parlementaires en plus de Louis Bernard et de Me Pierre Cloutier. Ceux-ci y demandaient que l’Assemblée nationale du Québec adopte la motion suivante :

« Attendu que, pour respecter les règles fondamentales du droit à la justice, les propos d’un citoyen ne devraient pas être condamnés par l’Assemblée nationale avant d’être vérifiés et que celui-ci ait été entendu, il est résolu :

Que l’Assemblée nationale s’abstienne de condamner les propos d’un citoyen avant qu’ils aient été vérifiés et que celui-ci ait eu l’occasion d’être entendu et que, en conséquence, soit annulée la résolution sans préavis adoptée le 14 décembre 2000 qui ne respecte pas ces critères. »

J’adhère totalement à cette démarche, fondée sur l’équité la plus élémentaire, et invite les membres de l’Assemblée nationale à adopter la motion proposée. Il ne faudrait surtout pas que quelqu’un d’autre soit victime de la même injustice que celle dont a fait l’objet Yves Michaud.

À voir en vidéo