Lancez-nous une vraie bouée

Dans quelques semaines, c’est un chapitre de la vie de milliers de jeunes qui se termine. Un chemin tumultueux pour certains. Nous priver, nous interdire de célébrer cette étape de vie est selon moi illogique. Pour plusieurs, cette graduation sera la première et la dernière. On n’a pas tous cette chance de se dire : « Au pire, ce n’est pas très grave, j’ai la graduation de cégep et d’université. »

Nous, élèves du secondaire, nous nous sommes pliés en quatre à chaque nouvelle mesure et restriction sanitaire annoncée par le gouvernement pour avoir l’espoir de peut-être retrouver une fin d’année normale. On le sait bien, le moral et la motivation des élèves se sont envolés il y a bien longtemps. Nous acceptions toutes les mesures, même si elles ne faisaient pas notre bonheur : école hybride, étape de 35 % et 65 %. On prenait, excusez l’expression, des coups de pelle dans le visage toutes les deux semaines.

L’espoir revient : les cas diminuent, le vaccin arrive, les jeunes de 12 à 17 ans peuvent enfin recevoir leur dose. Tout jouait en notre faveur. Les mesures de déconfinement sont enclenchées ! Les bals peuvent avoir lieu, les directions encouragent leurs élèves à aller se faire vacciner pour atteindre les 75 %. Les régions descendent d’un palier. Les sourires reviennent sur nos visages.

Du jour au lendemain, tout s’écroule… deux pages complètes de restrictions interdisant toute forme de festivités de fin d’études hors du terrain de l’école et hors des heures de cours. Êtes-vous réellement en train de me dire qu’après ces cinq années, dont deux chaotiques et déconstruites, après tous ces « up and down », tous ces pleurs d’épuisement, on ne mérite rien ?

À la suite de cette nouvelle, je me suis sentie comme si je me noyais et que les dirigeants de la santé publique me lançaient une bouée, mais surprise, elle est remplie de roches…

Ce ne sont pas toutes les écoles qui ont cette chance d’avoir un auditorium ou un grand terrain. Des inégalités se créent. Je souhaite simplement comprendre la logique derrière cette décision. Pourquoi toutes ces mesures de déconfinement, pourquoi permettre les rassemblements et non les bals ou seulement les graduations ? Tout ce qu’on demande c’est, pour une fois, de penser à nous. En nous donnant davantage de jeu, vous empêchez les gens de se regrouper dans des parcs ou d’autres endroits bien moins contrôlés. Vous avez le gros bout du bâton, on compte sur vous.

À voir en vidéo